Ambassadeur d'Italie au Soudan: l'Italie attache une Grande Importance à la Corne de l'Afrique, en particulier au Soudan




Khartoum

L'Ambassadeur d'Italie auprès du Soudan, Fabrizio Ubiso a expliqué que
l'Italie accorde une Grande Importance à la Corne de l'Afrique, en particulier au Soudan, en tant que Pilier Majeur de la Région.

Il a dit, dans une interview accordée à l'Agence Soudanaise de Presse (SUNA) qui sera publié ultérieurement, " Après l'Abolition des Sanctions Economiques sur le Soudan récemment, le Soudan mène ce qu'il doit le faire et œuvre à renforcer la coopération avec la Communauté Internationale à cet égard et il gagne jour après jour et mois après mois plus de Crédibilité à être un Partenaire Privilégié dans la Communauté Afin de préserver la Stabilité de la Région."

Quant aux questions d'Intérêt Commun pour les deux pays tels que les Réfugiés et la Traite des êtres humains, l'Ambassadeur Ubiso a dit qu' " il existe une coordination et l'harmonie complète entre les deux pays en la matière. Notre coopération est à travers le Financement des Organisations Internationales travaillant au Soudan dans ces domaines, y compris le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et d'autres Organisations Internationales Actives dans ce domaine.

L'Ambassadeur a ajouté " Nous coopérerons ainsi directement avec le Gouvernement du Soudan, où l'année dernière a été signé un Accord Important et un Protocole entre les Directeurs de la Police dans les deux pays à consulter sur les Questions d'Immigration Clandestine et d'autres problèmes qui en découlent, y compris le Crime Organisé, la Criminalité Internationale, le Trafic et la Contrebande d'êtres humains. Nous partageons le rôle de l'Europe et de l'Italie en tant que membre de la Communauté Internationale qui dirige efficacement cette Action."


PAR EZALDIN MIRGANI
Monde Des Livres
                
L'art contemporain africain parvient peu à peu sur la scène international . Le regard occidental est d'abord flatté par des œuvres réputées typiques , valorisant le traditionnel et l'exotique . Cet essai s'attache au contraire à montrer la diversité et l'hétérogénéité des pratiques qui le caractérisent . Nous avons à faire à des œuvres inscrites dans une universelle contemporanéité . Ces quinze monographies décrivent des manières et une et une production , cernent les enjeux et les problématiques , et abordent les questions de l'africanité et du métissage cela au moyen d'une approche sociologique d'une étude d'ordre esthétique . Quelle est le visage de la production plastique en Afrique aujourd'hui ? Un certain nombre de lieux communs s'entravent la visibilité de l'art contemporain . africain . On lui applique pas la même grille de lecture qu’ à l'art euro – états – unies , on le retient autour de quelques catégories spécifiques . A partir d'une palette chromatique réduite , d'un vocabulaire iconographique  extrêmement code de matériaux très rudimentaires , d'une juxtaposition d'éléments disparates , on attend que les africains produisent une effet d'étrangeté qui agirait comme un rébus dont rien ne viendrait éclairer la résolution .

PAR EZALDIN MIRGANI
MONDE DES LIVRES              
    
En Afrique , peut –etre  , plus encore que ailleurs , la notion de ( peuple ) doit être maniée avec prudence  . Elle est ici ( au même titre que population , employée de façon volontairement floue . En revanche , le mot  ethnie n'est pas utilisé , car il a trop souvent , dans le langage courant , pris une connotation particulière et ambigüe , à la fois culturelle et raciale , comme dans(purification ethnique ) , pour distinguer les peuples les un des autres , la critère le plus commode reste celui de la langue , du mois en règle générale : il présente le double avantage d'etre relativement objectif et perçu comme significatif par les intéressés eux – mêmes . On recense toutefois en Afrique prés de 1500 langue différentes : faut – il distinguer autant de peuples ? EN principe , oui , mais on peut concentre l'attention sur les plus importants numérique , en sachant de nombreuses langues ne sont parlées que par des groupes restreints et très localisés . Comme dans les autres ouvrages de la collection ( Atlas des peuples ) . L'approche historique que l'histoire des africains avant la colonisation demeure méconnue , en particulier au sud du Sahara , parce que l'histoire de l'Afrique a longtemps été raconté du point de vue des Européens ( les découvertes portugaises , les explorateurs , de le partage de L'Afrique, la mise en valeur , coloniale , dans le présent ouvrage , L'histoire des peuples avant la colonisation représente 40 % du récit , l'époque coloniale ( qui  constitue une importance charnière ) , 20% l'évolution des Etats africains depuis l'indépendance 40% .                 Il en résulte que les peuples africains ( ou du moins les principaux d'entre eux ), sont présentés de deux façons successives : L'une , historique , par grandes zones ( vallée du Nil , Maghreb , Afrique de L'ouest Afrique bantoue . . . ) . L'autre géographique , selon les Etas dont ils relèvent aujourd'hui . Dans tous les cas le texte et les cartes se complètent étroitement .




Genève 

Le représentant permanent du Soudan auprès de l'ONU a rencontré, en sa qualité de coordonnateur du Groupe africain pour le commerce et le développement à l'ONU, Mme Amani Abu Zaid, Commissaire de l'UA pour les infrastructures, l'énergie, la technologie d'informations et le tourisme qui prend part à la semaine du commerce électronique à Genève.

La réunion a discuté des moyens d'améliorer la participation des pays africains au système de commerce électronique, en particulier le développement de l'infrastructure d'Internet et d'assurer une couverture complète et un transfert de la technologie.

Les deux parties ont convenu de continuer la coopération entre Genève et Addis-Abeba pour la mise en œuvre des programmes conjoints sur le développement des capacités et le développement de la zone de libre-échange africaine.

Le représentant de l'Afrique du Sud auprès de l'organisation mondiale du Commerce, el coordonnateur du groupe africain pour les affaires de l'OMC et le représentant de la Centrafrique, le coordonnateur des pays en développement ont participé à la réunion.




Khartoum

Le ministre de la Coopération internationale, Dr Idris Sulaiman, l'ambassadeur japonais à Khartoum et le Haut-Commissaire de Désarmement, Démobilisation, et Réinsertion (DDR ainsi que le directeur de pays du Programme de l'Onu pour le Développement ont assisté ce lundi à la signature de la subvention (6 millions$) fournie par le Japon en faveur du programme de sécurité et stabilité communautaire pour les années 2015-2018.

Le ministre de la Coopération internationale a exprimé sa satisfaction pour le soutien continu du gouvernement du Japon au Soudan pour répondre aux priorités nationales en matière de développement économique, d'augmentation de la production et de projets générateurs de revenus.

Il a dit que le soutien fourni par le Japon est intégré car il comprend les domaines humanitaires, développementaux et techniques.

Le ministre Sulaiman a souligné que le soutien japonais sera destiné à la Commission de DDR pour utiliser le fonds dans des projets de développement importants conformément au programme de cadre de l'Onu visant à restaurer la stabilité des communautés et la réaliser la paix.

L'ambassadeur japonais a indiqué que le projet vise à aider les communautés locales et fournir les occasions d'emploi, soulignant que son pays continue son soutien aux programmes de la sécurité et la stabilité des communautés depuis le début du programme en 201




Khartoum

Le ministère des Mines et l'Université de Kordofan ont signé une note d'entente sur la coopération mutuelle, la réalisation des objectifs conjoints et les liens sur les sciences, le renforcement de l'échange scientifique et de recherche dans les domaines géologiques notamment dans les minéraux.

La note prévoyait l'échange de consultations scientifiques dans le domaine de la géologie en vue de développer les activités minières dans l'?tat et de travailler à l'ouverture d'une fenêtre consultative conjointe et à la tenue d'ateliers scientifiques spécialisés et de stages de perfectionnement.

Le ministre des Mines Prof. Hashem Ali Salem a affirmé al coopération de son ministère avec le ministère de l'Enseignement supérieur et les universités pour la promotion des recherches de géologie et des minéraux.

Le ministre d'Etat aux Mines a fait l'éloge du rôle majeur du ministère de l'Enseignement supérieur et les universités dans la contribution efficace au développement des activités minieres au pays.